44 rue Ponsardin

Située au 44 rue Ponsardin, la maison du maître-verrier Jacques Simon (aujourd’hui “Atelier Simon-Marq”) est l’une des maisons les plus spectaculaires de la Reconstruction de Reims. Commencée par Max Sainsaulieu en 1913 (pour l’atelier), c’est Louis Sainsaulieu qui complète l’édifice par la maison, à la fin des années 1920. Permis de construire en 1926. C’est l’entreprise rémoise Laidebeur qui se charge de la construction.

 

dsc_1872-copie
dsc_3267-copie

 

dsc_3274-copie

 

dsc_3268-copie

 

dsc_3273-copie

dsc_3271-copie

 

dsc_3272-copie

 

ponsardin-simon

dsc_3275-copie

dsc_3270-copie

 

dsc_3276-copie

 

dsc_3265-copie

 

 

 

Author: Béatrice Keller

3 thoughts on “44 rue Ponsardin

  1. Maison et atelier du maître verrier Jacques Simon actuellement atelier Simon-Marcq, 44 rue Ponsardin, année 1927, label 20e siècle. Architecte Max Sainsaulieu et Louis Sainsaulieu. Simon Jacques (auteur commanditaire, verrier). L’atelier et la maison du maître-verrier Jacques Simon sont construits en deux étapes en 1913 puis en 1927, par Sainsaulieu Max, avec son fils Louis. L’édifice de trois étages se déploie entre les rues Ponsardin et Montoison. La façade arrière est simplement élevée en briques jaunes, alors que la façade principale sur la rue Ponsardin se distingue des autres maisons de l’alignement par ses parements et sa composition. Revêtue d’un appareillage de moellons irréguliers, elle est constituée en deux parties; l’atelier sur la droite est ouvert en partie basse d’un portail en anse-de-panier, puis reçoit sur toute la hauteur des étages un grand bow-window. La partie gauche encadrée de deux tours carrées est disposé en retrait de la rue. Percée de baies de formes et de belles tailles diverses, elle est aussi animée par une échauguette dans l’angle et d’un balcon. Un corps en rez-de-chaussée à l’alignement de la rue et ouvert d’une série de baies en plein-cintre, ferme cet espace et accueille une terrasse sur son toit. Les façades donnant sur la terrasse sont enduites d’un crépi ocre jaune, avec un attique ocre rouge où sont dessinées des frises géométriques dans la maçonnerie. Plusieurs baies reçoivent des vitraux réalisés par Jacques Simon et l’édifice est signalé par une mosaïque indiquant “Travaux d’art décoratif”. Le bâtiment abrite toujours les ateliers de maîtres-verriers, devenus Simon Marcq.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.